Une danse classique ancienne et très codifiée

La danse classique japonaise se cristallise au 17ème siècle et incorpore des éléments issus non seulement des danses religieuses et folkloriques, mais également de l’esthétique des théâtres kabuki et nô.

La danse classique japonaise est un difficile exercice de raffinement où le corps entier, bien plus que le visage immobile maquillé de blanc comme les marionnettes traditionnelles doit incarner le personnage ou le sentiment.
Chaque élément de la coiffure, du kimono, est codifié en un symbolisme complexe qui échappe à toute pesonne non initiée.

Nihon Buyô, danse classique japonaise
Nihon Buyô, danse classique japonaise Wikimedia / Jean-Pierre Dalbéra
danse classique japonaise

Un art réservé à l’élite

Dansés en kimono et chaussettes japonaises (tabi), accompagné par le shamisen, les morceaux de nihon buyô peuvent être narratifs ou parfaitement abstraits.

Aujourd’hui comme hier, la danse classique japonaise n’est pas une activité facile à pratiquer car très onéreuse : les kimonos de soie, les cours particuliers obligatoires avec les grands maîtres ne sont pas accessibles à toutes les bourses.

PARTAGER SUR :